Voir tous les "points sur"

Cabinet Alterjuris
Avocats à la Cour
105, Bd Voltaire
75011 Paris
Tél. : 01.58.30.71.47
Fax : 01.79.75.18.89
Remplissez notre formulaire
 
Posez votre question en ligne, recevez un devis gratuit, envoyez votre réglement et recevez votre réponse dans les 2 à 4 jours ouvrés.
Contactez-nous
 
telecharger le plugin flash Pour visualiser l'animation, merci de télécharger le pluginflash

Comment réagir face à une lettre de convocation à un entretien préalable de licenciement ?

Le 22 novembre 2008

Vous venez de recevoir une lettre de convocation à un entretien préalable de licenciement. Partagé(e) entre stupéfaction et colère, vous ne savez comment ...

Vous venez de recevoir une lettre de convocation à un entretien préalable de licenciement. Partagé(e) entre stupéfaction et colère, vous ne savez comment réagir.

Il faut toutefois garder son calme et comprendre que l'entretien préalable va permettre de délimiter les contours de ce qui vous est reproché en qualité de salarié.

L'entretien préalable n'aboutit pas forcément au licenciement, néanmoins, il en est souvent l'antichambre.

Le code du travail impose à tout employeur qui souhaite rompre un contrat de travail à durée indéterminée (CDI) de convoquer le salarié concerné avant de prendre sa décision définitive.

La lettre de convocation à un entretien préalable de licenciement peut être remise en mains propres ou adressée en lettre recommandée avec avis de réception.

Elle doit mentionner la date, l'heure et le lieu de l'entretien. Elle doit par ailleurs mentionner que le salarié peut se faire assister soit par une personne de son choix appartenant à l'entreprise (s'il existe des institutions représentatives dans la l'entreprise), soit un conseiller extérieur de son choix (s'il n'existe pas d'institutions représentatives dans la l'entreprise), inscrit sur une liste dressée par la Préfecture du Département.

Il s'agit là d'un droit et non d'une obligation. En effet, le salarié peut décider d'assister seul à l'entretien préalable.

En poussant encore plus loin, le salarié peut également refuser de se présenter à cet entretien.

L'employeur peut également se faire assister ou représenter.

L'entretien préalable ne peut avoir lieu moins de 5 jours ouvrables entre la date de convocation et la date de l'entretien.

Le but de ce délai est de permettre au salarié de réunir les éléments nécessaires à sa défense.

Durant l'entretien, l'employeur expose au salarié les raisons qui motivent la mesure de licenciement envisagée.

Le salarié expose ses explications sur les griefs formulés par son employeur, pour tenter ainsi d'éviter le licenciement.

Si l'employeur persiste dans sa volonté de licencier, il doit notifier sa décision par lettre recommandée avec accusé de réception.

Cette lettre de licenciement ne peut intervenir moins de deux jours ouvrables après la date de l'entretien.

Si vous estimez que le licenciement n'est pas justifié, qu'il n'existe pas de cause réelle et sérieuse, surtout n'hésitez pas à prendre contact avec un avocat qui vous conseillera au mieux de vos intérêts et envisagera avec vous, l'opportunité d'un recours prud'homal.

Le Cabinet GERONIMI se tient pour ce faire, à votre entière disposition.